Documentation critique sur les auteurs contemporains de langue française

Accueil » ...

Nathalie Sarraute

   
    Nathalie Sarraute (Nathalie Tcherniak, 1900-1999), écrivaine française, a créé une oeuvre marquante qui fut traduite en plus de trente langues. Elle fait partie des rares auteures à avoir été publiée dans la Bibliothèque de la Pléiade.

    Son premier ouvrage,
Tropismes, paraît en 1939, après avoir été refusé par Gallimard et Grasset. En 1956, Sarraute publie l'Ère du soupçon, un ensemble d'essais sur la littérature récusant les conventions traditionnelles du roman. Elle devient alors, une figure de proue du courant du nouveau roman.

     Ce dossier renferme une bibliographie critique de ses ouvrages les plus récents :
L'usage de la parole (1980), Pour un oui ou pour un non (1982), Enfance (1983), Tu ne t'aimes pas (1989), Ici (1995) et Ouvrez (1997).

Bibliographie complète des œuvres


Liens externes :

- Sarraute sur remue.net
- Sarraute sur wikipedia
- Conversation avec Sarraute - L'Humanité

Entretiens et enregistrement audio :

- « Nathalie Sarraute reads her Memoir », « Spoken Arts Portable Collection » (États-Unis), en langue française, 1985.
- « Rencontre avec Nathalie Sarraute », entretien entre Nathalie Sarraute et Isabelle Huppert, propos recueillis par M.-A. Guérin et T. Jousse le 7 décembre 1993, Cahiers du cinéma, no 477 (mars 1994), p. 8-14.
- « Nathalie Sarraute l'exploratrice du silence », Le Nouvel Observateur, 8 avril 1993. Propos recueillis par Odile Quirot.
- Nathalie Sarraute. Qui êtes-vous ?, La Manufacture, Lyon, 1987, 150 pages d'entretien entre Simone Benmussa et Nathalie Sarraute, suivies d'une conférence de Nathalie Sarraute : « Le langage dans l'art du roman ».
- « Reading Nathalie Sarraute », Context, no 20 (printemps 2000). Par John Taylor.
- HEINRICHS, Hans-Jürgen, Schreiben ist das bessere Leben : Gespräche mit Schriftstellern : Elfriede Jelinek, Friederike Mayröcker, Garhard Roth, Georges-Arthur Goldschmidt, Paul Nizon, Nathalie Sarraute, E. M. Cioran, Jorge Semprun, Breyten Breytenbach, Hans Werner Henze, München, Kunstmann, 2006, 315 p.
- « Quand j'écris, je ne suis ni homme ni femme ni chien », Les Nouvelles littéraires, no 9 (février 1984).
- DAUBENTON, Annie, « Les faits divers de la parole », Les Nouvelles littéraires, no 2719 (10-17 janvier 1980). Entretien avec Nathalie Sarraute et Claude Régy.


                                                                                                                           Responsable : Josée Marcotte


Note : Seules les cinq dernières références indexées sont affichées pour chacune des oeuvres. Cliquez sur le lien
« Liste de toutes les références » pour consulter la liste complète.

Documentation critique — références par œuvre

Enfance

  • O'BEIRNE, Emer, « Soi-même comme modèle : la trace du déjà-écrit dans Enfance de N. Sarraute , dans Anne CHEVALIER et Carole DORNIER (dir.), Le récit d'enfance et ses modèles. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (27 septembre - 1er octobre 2001), Caen, Presses Universitaires de Caen, 2003, p. 235-244.
  • RAKOTOBE D'ALBERTO, Norohariniavo, « Les mots d'enfance : Nathalie Sarraute et ce qui sourd », mémoire de master, département des lettres modernes, Université de La Réunion, 2006, 131 f.
  • MADALINA, Akli, Conventional and Original Metaphors in French Autobiography, New York / Washington / Bern, Peter Lang, 2009, 271 p.
  • NEWELL, Dianne, et Jenéa Tallentire GILLEY, « For the Extended Family and the Universe : Judith Merril and Science Fiction Autobiography », Biography, vol. 30, no 1 (hiver 2007), p. 1-21.
  • PIÉGAY-GROS, Nathalie, « La théorie de la lecture et l'expérience du lecteur », L'esprit créateur, vol. 49, no 1 (printemps 2009), p. 98-110.

Ici

  • GOSSELIN-NOAT, Monique, « Souvenirs, images, métaphores : le statut de l'image dans les récits de fiction de Nathalie Sarraute », dans Monique GOSSELIN-NOAT et Arnaud RYKNER (dir.), Nathalie Sarraute et la représentation, Lille, Roman 20-50 (Actes), 2005, p. 213-229.
  • YOTOVA, Rennie, « L'espace monadelphe d'Ici », dans Jeux de constructions : poétique de la géométrie dans le Nouveau Roman, Paris, L'Harmattan (Critiques littéraires), 2006, p. 135-152.
  • TUTUC, Livia Roxana, « Language and Tropisms : The Verbal Representation of Subjectivity in the Work of Nathalie Sarraute », thèse de doctorat, Department of French and Italian, Princeton University, 2005, 157 f.
  • COPE, Ben, « La communauté en question : lire Sarraute avec Deleuze et Guattari », dans Pascale FOUTRIER (dir.), Éthiques du tropisme. Nathalie Sarraute, Paris, L'Harmattan, 2000, p. 201-211.
  • PAILLET, Anne-Marie, « Ici et maintenant : la deixis "anonyme" chez Nathalie Sarraute », dans Agnès FONTVIELLE et Philippe WAHL (dir.), Nathalie Sarraute : du tropisme à la phrase, Lyon, Presses Universitaires de Lyon (Textes & Langue), 2003, p. 41-57.

L'usage de la parole

  • RABATÉ, Dominique, « Nathalie Sarraute et la représentation de mot », dans Monique GOSSELIN-NOAT et Arnaud RYKNER (dir.), Nathalie Sarraute et la représentation, Lille, Roman 20-50 (Actes), 2005, p. 159-165.
  • HUGLO, Marie-Pascale, « Raconter, à la limite : Ich Sterbe de Nathalie Sarraute ou les métamorphoses du conte », dans Le sens du récit. Pour une approche esthétique de la narrativité contemporaine, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion (Perspectives, no 1021), 2007, p. 163-178.
  • BESSIÈRE, Jean, « Théories romanesques contemporaines et littéralité, quelques notes sur Lukács, Alain, Barthes et Sarraute », dans Andréas PFERSMANN (dir.), Cinq études romanesques : fondements, évolutions et persistance des théories du roman, Paris, Lettres modernes Minard, 1998, p. 281-295.
  • CHARIEYRAS, Sarah, Le dit et le non-dit dans L'usage de la parole de Nathalie Sarraute, Paris / Caen, Lettres modernes Minard (Archives des lettres modernes, no 286), 2006, 97 p.
  • BRULOTTE, Gaëtan, « Le gestuaire de Nathalie Sarraute », dans Ginette ADAMSON et Eunice MYERS (dir.), Continental, Latin-American and Francophone Women Writers, vol. III, Lanham, University Press of America, 1997, p. 199-219.

Ouvrez

  • MAULPOIX, Jean-Michel, « Le bout de la langue », dans Monique GOSSELIN-NOAT et Arnaud RYKNER (dir.), Nathalie Sarraute et la représentation, Lille, Roman 20-50 (Actes), 2005, p. 189-194.
  • COURSON, Nathalie de, « Le Moi-peau de l'être sarrautien », Equinoxes, no 4 (automne-hiver 2004-2005), [En ligne].
  • CIXOUS, Hélène, « À celle qui me parle », Littérature, dossier « Nathalie Sarraute », sous la direction de Françoise ASSO, no 118 (juin 2000), p. 7-10.
  • CALDERON, Jorge, « Lieu(x) du mot : contruction / déconstruction du personnage dans l'oeuvre de Nathalie Sarraute », thèse de doctorat, French Department, Queen's University, 1999, 175 f.
  • CHAUDIER, Stéphane, « Sarraute, l'hyperbole et le soupçon », dans Agnès FONTVIELLE et Philippe WAHL (dir.), Nathalie Sarraute : du tropisme à la phrase, Lyon, Presses Universitaires de Lyon (Textes & Langue), 2003, p. 247-254.

Pour un oui ou pour un non

  • RYNGAERT, Jean-Pierre, « Représentations de la parole », dans Monique GOSSELIN-NOAT et Arnaud RYKNER (dir.), Nathalie Sarraute et la représentation, Lille, Roman 20-50 (Actes), 2005, p. 81-88.
  • GARAND, Dominique, « Le théâtre du malentendu », dans Eero TARASI (dir.), Acta Semiotica Fennica XVI, Finland, International Semiotics Institute at Imatra, Semiotic Society of Finland, 2003, p. 153-164.
  • ROTHENBERG, J., « Imagery in the Theatre of Nathalie Sarraute », Neophilologus, vol. 82, no 3 (juillet 1998), p. 385-392.
  • VINAVER, Michel, « Pour un oui ou pour un non », dans Écritures dramatiques. Essais d'analyse de textes de théâtre, Arles, Actes Sud, 1993, p. 15-45.
  • RYKNER, Arnaud, « Théâtre et cruauté : les écorchés de la parole », Autour de Nathalie Sarraute, Paris, Les Belles Lettres (Série Littéraires, vol. 4, Annales littéraires de l'Université de Besançon, no 580), 1995, p. 241-255.

Tropismes

  • TOBIASSEN, Elin Beate, « Outrages à la pudeur. La brisure  d'Hélène Lenoir », dans La relation écriture-lecture. Cheminements contemporains. Éric Chevillard, Pierre Michon, Christian Gailly, Hélène Lenoir, Paris, L'Harmattan (Critiques littéraires), 2009, p.141-163.
  • TOBIASSEN, Elin Beate, « Lecture palimpsestueuse. De Nathalie Sarraute à Hélène Lenoir : filiation, réécriture », Orbis Litterarum. International Review of Literary Studies (Danemark), vol. 62, n° 2 (2007), p. 89-109.

Tu ne t'aimes pas

  • BOBLET, Marie-Hélène, « La représentation de la vérité dans les oeuvres dialogales de N. Sarraute : vérité et énonciation, vérité et soupçon, vérité et méthode », dans Monique GOSSELIN-NOAT et Arnaud RYKNER (dir.), Nathalie Sarraute et la représentation, Lille, Roman 20-50 (Actes), 2005, p. 231-242.
  • GROSS, Janice Berkowitz, « A Telling Side of Narration : Direct Discourse and French Women Writers », The French Review, vol. 66, no 3 (février 1993), p. 401-411.
  • COURSON, Nathalie de, « Le Moi-peau de l'être sarrautien », Equinoxes, no 4 (automne-hiver 2004-2005), [En ligne].
  • BOBLET-VIART, Marie-Hélène, « Vers une poétique du roman dialogué : Tu ne t'aimes pas (1989) », Roman 20-50, dossier « Études sur Portrait d'un inconnu et Tu ne t'aimes pas de Nathalie Sarraute », vol. 25 (juin 1998), p. 125-138.
  • DUGAST-PORTES, Francine, « Tu ne t'aimes pas : construction et enjeux d'un plaidoyer », Roman 20-50, dossier « Études sur Portrait d'un inconnu et Tu ne t'aimes pas de Nathalie Sarraute », vol. 25 (juin 1998), p. 89-108.

[ensemble de l'oeuvre]

  • VAZ DUARTE, Cristina, A forma literária em Nathalie Sarraute, Campinas, Komedi, 2007, 302 p.
  • TRUUTS, Elena, « Nathalie Sarraute, théâtre : action, interaction, intersubjectivité », thèse de doctorat, département de langues et littératures françaises, Université Paris 8, 2008, 291 f.
  • RIGEADE, Anne-Laure, « Études sur la plasticité littéraire. Manifestations du corps dans le roman moderne : Virginia Woolf, Samuel Beckett, Nathalie Sarraute, Louis-René des Forêts, Thomas Bernhard », thèse de doctorat, département de littérature générale et comparée, Université Paris 8, 2008, 702 f.
  • KOSTANYAN, Ani, « De la lecture à l'écriture : N. Sarraute et les littératures russe (F. Dostoïevski), anglaise (V. Woolf) et irlandaise (J. Joyce) », thèse de doctorat, département de littérature comparée, Université Lyon 3, 2009, 400 f.
  • HADJJI, Jalila, La quête épistémologique du Nouveau Roman, les objets, Paris, Publibook (EPU, Éditions Publibook université), 2009, 136 p.