Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
Prochaine révision
Révision précédente
Dernière révision Les deux révisions suivantes
oeuvres:agonie [2015/03/12 13:39]
Virginie Savard
oeuvres:agonie [2015/03/19 15:19]
Virginie Savard
Ligne 3: Ligne 3:
 [[auteurs:Jacques Brault]] - Québec, Éditions du Sentier, 1984, 77 p. [[auteurs:Jacques Brault]] - Québec, Éditions du Sentier, 1984, 77 p.
  
-{{ Agonie.jpg?100}}Agoniepublié aux Éditions du Sentier en 1984, est considéré comme étant le premier récit de Jacques Brault. Chaque titre de chapitre est en fait un vers du poème //Agonie// de Giuseppe UngarettiCes vers deviennent dans le texte le moteur de l'écriture. Ce récit entretient ainsi des liens étroits avec le langage poétique malgré son caractère prosaïque.+{{ Agonie.jpg?100}}« Un vieil homme abandonnesur le banc de parce où il repose immobile, un pauvre carnet rempli de notes de de souvenirs, un autre homme, plus jeune, le ramasse et l'emporte chez lui pour le lire. Sa lecture va durer toute la nuit. Une nuit qui est la couleur même de la vie du vieil homme. Cette vie, sous les yeux de son lecteur indiscret, peu à peu prend forme, laisse voir son sillage de douleur et de tendresse mêlées, sa ligne simple comme celle de la mort fuie, incontournable, enfin acceptée\\ 
 +Dans une langue sobre et juste, vibrante d'émotion, ce récit nous touche dans ce que nous avons de plus intime : cette agonie qui, nous le savons, se poursuit lentement en nous, dans la suite de nos joies et de nos peines, et qui nous entraîne doucement vers l'acceptation de ce que nous sommes» 
 +(Quatrième de couverture)
  
 « Sa voix, toute vibrante encore autour de moi, allait m'atteindre, me pénétrer, quand un brouhaha me fit sortir de ma torpeur. Depuis combien de temps somnolais-je, le menton calé dans la paume? J'avais entendu la dernière phrase imparfaitement, certains mots m'échappaient, mais le sens global, plus que le bruit, m'avait réveillé net. » « Sa voix, toute vibrante encore autour de moi, allait m'atteindre, me pénétrer, quand un brouhaha me fit sortir de ma torpeur. Depuis combien de temps somnolais-je, le menton calé dans la paume? J'avais entendu la dernière phrase imparfaitement, certains mots m'échappaient, mais le sens global, plus que le bruit, m'avait réveillé net. »
Ligne 106: Ligne 108:
 \\ \\
 [[http://www.erudit.org/revue/tce/2012/v/n98/1012488ar.html|Lapointe, 2012, HTML]] ### [[http://www.erudit.org/revue/tce/2012/v/n98/1012488ar.html|Lapointe, 2012, HTML]] ###
 +
 +CLÉMENT, Anne-Marie, « Le temps compté : analyse du temps narratif dans //Agonie// de Jacques Brault », dans //Voix et Images//, vol. 17, n° 51 (printemps 1992), p. 485-494. +++ Article de revue
 +
 +### **Résumé**\\
 +Dans le roman de Jacques Brault, l'agonie se conjugue à tous les temps, à travers divers textes: récit de la nuit, lectures du carnet et du poème. Le présent article étudie la façon dont se définit et s'ordonne le temps à l'intérieur de chacun de ces textes, les effets de perspective temporelle dus aux multiples anachronies narratives ainsi que l'ambiguïté des voix narratives où se jouent les dualités narrateur/personnage, auteur/lecteur. Les principales caractéristiques temporelles de l'agonie se dégagent de ce va-et-vient entre les textes: c'est un temps compté (temps écoulé/temps qui reste) qui ne prend sens que parce qu'il est raconté par le poème. Parallèlement, la nature de l'agonie se précisera par le passage d'une temporalité à l'autre, permettant de raccrocher le récit de l'agonie d'une vie d'homme à toute agonie.\\
 +\\
 +[[http://www.erudit.org/revue/vi/1992/v17/n3/200981ar.pdf|Clément, 1992, PDF]] ###
  
 <pagemod add_ref>@@Référence@@ +++ @@Type@@ <pagemod add_ref>@@Référence@@ +++ @@Type@@

Outils de la page

complaint