Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
Prochaine révision
Révision précédente
oeuvres:branle-bas_en_noir_et_blanc [2015/05/25 17:25]
Virginie Savard Modified from the form at oeuvres:branle-bas_en_noir_et_blanc
oeuvres:branle-bas_en_noir_et_blanc [2015/09/28 14:54] (Version actuelle)
Virginie Savard
Ligne 21: Ligne 21:
 Cet article étudie les deux derniers romans de Mongo Beti, //Trop de soleil tue l'amour// (1999) et //Branle-bas en noir et blanc //(2000) en utilisant son essai de 1955 « Afrique Noire, littérature rose », pour faire le lien entre les premiers écrits de l'auteur et les derniers. 'Afrique Noire' insiste sur deux critères pour déterminer l'excellence d'une œuvre: son réalisme (il devra traiter du colonialisme) et la popularité (l'œuvre devra être lue). Le problème est que la majorité des Africains sont illettrés et trop pauvres pour acquérir des livres; et la France contrôle la totalité des moyens de production éditoriaux. Ces deux facteurs font qu'il est impossible de combiner les deux critères qui constituent les éléments essentiels d'un 'bon' roman Africain. Si un roman a du succès (en France) c'est qu'il n'est pas réaliste; et s'il est réaliste il n'a aucune chance d'être publié. Dans le contexte colonial et/ou postcolonial, le roman réaliste ne peut pas s'accorder à ces critères. Le tournant vers le roman noir de Beti représente une réconciliation des deux exigences apparemment contradictoires, et cela à travers un genre particulièrement bien adapté aux conditions criminelles du pays natal de l'auteur. ### Cet article étudie les deux derniers romans de Mongo Beti, //Trop de soleil tue l'amour// (1999) et //Branle-bas en noir et blanc //(2000) en utilisant son essai de 1955 « Afrique Noire, littérature rose », pour faire le lien entre les premiers écrits de l'auteur et les derniers. 'Afrique Noire' insiste sur deux critères pour déterminer l'excellence d'une œuvre: son réalisme (il devra traiter du colonialisme) et la popularité (l'œuvre devra être lue). Le problème est que la majorité des Africains sont illettrés et trop pauvres pour acquérir des livres; et la France contrôle la totalité des moyens de production éditoriaux. Ces deux facteurs font qu'il est impossible de combiner les deux critères qui constituent les éléments essentiels d'un 'bon' roman Africain. Si un roman a du succès (en France) c'est qu'il n'est pas réaliste; et s'il est réaliste il n'a aucune chance d'être publié. Dans le contexte colonial et/ou postcolonial, le roman réaliste ne peut pas s'accorder à ces critères. Le tournant vers le roman noir de Beti représente une réconciliation des deux exigences apparemment contradictoires, et cela à travers un genre particulièrement bien adapté aux conditions criminelles du pays natal de l'auteur. ###
  
-PFOUMA, Oscar, « Prolégomènes à l'analyse du dyptique //Trop de soleil tue l'amour// et //Branle-bas en noir et blanc//, dans Oscar Pfouma (dir.), //Mongo Beti : le proscrit admirable// »,  Yaounde, Menaibuc, 2003, p. 29-42. +++ Chapitre de collectif+PFOUMA, Oscar, « Prolégomènes à l'analyse du dyptique //Trop de soleil tue l'amour// et //Branle-bas en noir et blanc//, dans Oscar Pfouma (dir.), //Mongo Beti : le proscrit admirable//,  Yaounde, Menaibuc, 2003, p. 29-42. +++ Chapitre de collectif
  
  
Ligne 33: Ligne 33:
  
  
-MBONDÉ-MOUANGUÉ,Auguste Léopold , « //Branle-bas en noir et blanc// de Mongo Beti ou la représentation d'un monde ébranlé, dans Frédéric Mambenga (dir.), dossier « Mongo Beti: la pertinence réaliste et militante », //Interculturel Francophonies//, n° 13 (juin-juillet 2008).   +++ Article de revue+MBONDÉ-MOUANGUÉ, Auguste Léopold , « //Branle-bas en noir et blanc// de Mongo Beti ou la représentation d'un monde ébranlé, dans Frédéric Mambenga (dir.), dossier « Mongo Beti: la pertinence réaliste et militante », //Interculturel Francophonies//, n° 13 (juin-juillet 2008).   +++ Article de revue
  
  
 LEPLAT, Farah Andrée, « L'écriture engagée et ses méthodes dans //Branle-bas en noir et blanc// de Mongo Beti et //Quand on refuse on dit non// d'Ahmadou Kourouma », dans  Geetha Ganapathy-Doré et Michel Olinga (dir.), //Images changeantes de l'Inde et de l'Afrique//, Paris, L'Harmattan (Discours identitaire dans la mondialisation française), 2011, p. 159-168.  +++ Chapitre de collectif LEPLAT, Farah Andrée, « L'écriture engagée et ses méthodes dans //Branle-bas en noir et blanc// de Mongo Beti et //Quand on refuse on dit non// d'Ahmadou Kourouma », dans  Geetha Ganapathy-Doré et Michel Olinga (dir.), //Images changeantes de l'Inde et de l'Afrique//, Paris, L'Harmattan (Discours identitaire dans la mondialisation française), 2011, p. 159-168.  +++ Chapitre de collectif
  
-  @@Description@@   
  
 <pagemod add_ref>@@Référence@@ +++ @@Type@@ <pagemod add_ref>@@Référence@@ +++ @@Type@@

Outils de la page

complaint