Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


LDAP: couldn't connect to LDAP server

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
oeuvres:cinema_muet [2014/08/08 20:40]
Virginie Savard [Documentation critique]
oeuvres:cinema_muet [2016/09/08 17:41] (Version actuelle)
Virginie Savard
Ligne 1: Ligne 1:
 ====== Cinéma muet ====== ====== Cinéma muet ======
 +{{ oeuvres:​cine_mamuet.jpg?​120|}}
 +[[auteurs:​Gérard Macé]], //Cinéma muet//, avec des illustrations de Pierre Alechinsky, ​ Fontfroide, Fata Morgana, 1995, 48 p.
  
-[[auteurs:​Gérard Macé]] - Fontfroide, Fata Morgana, 1995. 
  
- 
-Fontfroide, Fata Morgana, 1995. 
  
 ===== Documentation critique ===== ===== Documentation critique =====
  
-WALL-ROMANA,​ Christophe, « Une source du verset moderne : le cinéma muet », //Études littéraires//,​ vol. 40, no 1 (hiver 2009), p. 121-136. +++ Article de revue+WALL-ROMANA,​ Christophe, « Une source du verset moderne : le cinéma muet », //Études littéraires//,​ vol. 40, n° 1 (hiver 2009), p. 121-136. +++ Article de revue
  
 ### ###
- +**Résumé**\\
-**Résumé ​:** +
 Si le verset s’est renouvelé dans le sillage du symbolisme, c’est peut-être en partie à cause du cinéma. En effet, à l’époque du muet, une nouvelle forme textuelle fait son apparition, l’intertitre,​ qui ressemble le plus souvent à un verset. Or, il n’y a aucun doute que les poètes ont prêté une grande attention au cinéma et, qui plus est, au nouveau dispositif à la fois textuel et visuel de l’intertitre. Sans chercher à établir un lien direct, nous tentons de resserrer les échanges « transmédiaux » allant du cinéma à une écriture très proche du verset chez bon nombre de poètes, cinépoètes,​ et théoriciens des années 1910 aux années 1930 (Apollinaire,​ Desnos, Artaud, Dermée, Berge, Epstein) ou même chez des poètes récents (Pittolo). Si le verset s’est renouvelé dans le sillage du symbolisme, c’est peut-être en partie à cause du cinéma. En effet, à l’époque du muet, une nouvelle forme textuelle fait son apparition, l’intertitre,​ qui ressemble le plus souvent à un verset. Or, il n’y a aucun doute que les poètes ont prêté une grande attention au cinéma et, qui plus est, au nouveau dispositif à la fois textuel et visuel de l’intertitre. Sans chercher à établir un lien direct, nous tentons de resserrer les échanges « transmédiaux » allant du cinéma à une écriture très proche du verset chez bon nombre de poètes, cinépoètes,​ et théoriciens des années 1910 aux années 1930 (Apollinaire,​ Desnos, Artaud, Dermée, Berge, Epstein) ou même chez des poètes récents (Pittolo).
  
- +[[http://id.erudit.org/​iderudit/037902ar|Wall-Romana,​ 2009, HTML]]
-  * [[http://www.erudit.org/​revue/etudlitt/​2009/​v40/​n1/​index.html|Wall-Romana,​ 2009, html]]+
 ### ###
  

Outils de la page

complaint