Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


LDAP: couldn't connect to LDAP server

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
oeuvres:l_orphelin [2015/03/09 16:31]
Virginie Savard
oeuvres:l_orphelin [2015/09/28 12:52] (Version actuelle)
Virginie Savard
Ligne 6: Ligne 6:
 J'​attendais ce moment depuis le moment où j'ai appris que nous mourrons, tous, et qu'il nous faut attendre. Il avait visité la place vingt-huit ans auparavant, au début du mois de juillet de ma treizième année. Je campais, sous la tente, à cinq cents kilomètres de la maison mais je vois l'​étroit vestibule, la pomme du premier balustre en chêne verni, les deux portes latérales et l'​amorce de l'​escalier avec une telle netteté qu'​aujourd'​hui encore, je m'y laisserais prendre. La scène ne comporte aucune incongruité. Les portes sont à la bonne hauteur. Le bois de la rampe a la couleur du chêne. Je discerne mal les traits de ceux qui m'​entourent mais cela se produit également de ce côté-ci quand on se trouve aux prises avec une douleur extrême. En revanche, je vois mon père étendu au pied du balustre. On a repêché son corps dans la Vézère.»\\ J'​attendais ce moment depuis le moment où j'ai appris que nous mourrons, tous, et qu'il nous faut attendre. Il avait visité la place vingt-huit ans auparavant, au début du mois de juillet de ma treizième année. Je campais, sous la tente, à cinq cents kilomètres de la maison mais je vois l'​étroit vestibule, la pomme du premier balustre en chêne verni, les deux portes latérales et l'​amorce de l'​escalier avec une telle netteté qu'​aujourd'​hui encore, je m'y laisserais prendre. La scène ne comporte aucune incongruité. Les portes sont à la bonne hauteur. Le bois de la rampe a la couleur du chêne. Je discerne mal les traits de ceux qui m'​entourent mais cela se produit également de ce côté-ci quand on se trouve aux prises avec une douleur extrême. En revanche, je vois mon père étendu au pied du balustre. On a repêché son corps dans la Vézère.»\\
 (Résumé tiré du site de l'​éditeur) (Résumé tiré du site de l'​éditeur)
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
  
  
Ligne 22: Ligne 13:
  
 ### ###
- +Porte également sur //La Toussaint//
-Corpus de Bergounioux retenu pour ce chapitre : //​L'​Orphelin//​ (1992) et //La Toussaint// ​(1994) +
 ### ###
  
Ligne 30: Ligne 19:
  
 ### ###
 +**Résumé**\\
 +Sociologues et historiens de la famille décrivent la modernité comme la perte des communautés traditionnelles qui soudaient l’un à l’autre l’héritier et ses ancêtres. Pour s’inventer librement, l’individu moderne rompt les entraves du passé, mais cette libération est aussi vécue chez les écrivains contemporains avec culpabilité. Afin d’y remédier, ils font une place à la fois inquiétante et fondatrice aux spectres et aux revenants de la généalogie,​ qui étayent et disloquent la parole de l’héritier. C’est ainsi que Sylvie Germain et Jean Rouaud, Gérard Macé, Pierre Michon et Pierre Bergounioux sont des écrivains hantés. Ce sont autant d’héritiers dont les gestes reconduisent des vies antérieures,​ et dont les mots sont comme magnétisés par les parlures ou les inflexions des parents. Ces héritiers sont donc en quelque sorte à la fois dépossédés d’un passé familial qui n’est pour eux que ruines et deuil et possédés par ces êtres absents qui obsèdent leur conscience et parasitent leur parole. L’héritier est alors déchiré par la mélancolie,​ au point de se faire tombeau de ses ascendants. À travers la thématique spectrale, la littérature contemporaine analyse toute la situation ambivalente de l’individu contemporain,​ à la fois orphelin et parricide d’un passé familial, et les secousses inconscientes et linguistiques de cette perte. ​
  
- +[[http://​www.erudit.org/​revue/​etudfr/​2009/​v45/​n3/​index.html|Demanze,​ 2009, HTML]]
-Sociologues et historiens de la famille décrivent la modernité comme la perte des communautés traditionnelles qui soudaient l’un à l’autre l’héritier et ses ancêtres. Pour s’inventer librement, l’individu moderne rompt les entraves du passé, mais cette libération est aussi vécue chez les écrivains contemporains avec culpabilité. Afin d’y remédier, ils font une place à la fois inquiétante et fondatrice aux spectres et aux revenants de la généalogie,​ qui étayent et disloquent la parole de l’héritier. C’est ainsi que Sylvie Germain et Jean Rouaud, Gérard Macé, Pierre Michon et Pierre Bergounioux sont des écrivains hantés. Ce sont autant d’héritiers dont les gestes reconduisent des vies antérieures,​ et dont les mots sont comme magnétisés par les parlures ou les inflexions des parents. Ces héritiers sont donc en quelque sorte à la fois dépossédés d’un passé familial qui n’est pour eux que ruines et deuil et possédés par ces êtres absents qui obsèdent leur conscience et parasitent leur parole. L’héritier est alors déchiré par la mélancolie,​ au point de se faire tombeau de ses ascendants. À travers la thématique spectrale, la littérature contemporaine analyse toute la situation ambivalente de l’individu contemporain,​ à la fois orphelin et parricide d’un passé familial, et les secousses inconscientes et linguistiques de cette perte. (Résumé) +
- +
- +
-  * [[http://​www.erudit.org/​revue/​etudfr/​2009/​v45/​n3/​index.html|Demanze,​ 2009, html]]+
 ### ###
  
Ligne 41: Ligne 28:
  
 ### ###
 +**Résumé**\\
 +Cet article porte sur l’un des traits majeurs des récits de filiation, mis en évidence par chacun d’eux ou presque. Il s’agit du défaut de transmission dont les écrivains présents, ou leurs narrateurs, s’éprouvent comme les victimes. Dans //​L’orphelin//​ de Pierre Bergounioux,​ //La marque du père// de Michel Séonnet, //Je ne parle pas la langue de mon père// de Leïla Sebbar, //Atelier 62// de Martine Sonnet et // Le jour où mon père s’est tu // de Virginie Linhart, les narrateurs font l’expérience majeure d’une déliaison, s’éprouvent comme orphelins et manifestent par là même une lucidité particulière envers leur situation historique, lucidité qui affecte le processus d’écriture,​ la matière et la manière des textes. Ces récits de filiation seraient ainsi, dans une époque en déshérence,​ la réponse littéraire à l’égarement de notre temps. Si nombre de romans contemporains s’élaborent sur une nostalgie du romanesque, ils semblent s’être engagés, dans leur modestie même, à renouer les fils distendus de la communauté. ​
  
- + [[http://​www.erudit.org/​revue/​etudfr/​2009/​v45/​n3/​index.html|Viart,​ 2009, HTML]]
- +
-Cet article porte sur l’un des traits majeurs des récits de filiation, mis en évidence par chacun d’eux ou presque. Il s’agit du défaut de transmission dont les écrivains présents, ou leurs narrateurs, s’éprouvent comme les victimes. Dans //​L’orphelin//​ de Pierre Bergounioux,​ //La marque du père// de Michel Séonnet, //Je ne parle pas la langue de mon père// de Leïla Sebbar, //Atelier 62// de Martine Sonnet et // Le jour où mon père s’est tu // de Virginie Linhart, les narrateurs font l’expérience majeure d’une déliaison, s’éprouvent comme orphelins et manifestent par là même une lucidité particulière envers leur situation historique, lucidité qui affecte le processus d’écriture,​ la matière et la manière des textes. Ces récits de filiation seraient ainsi, dans une époque en déshérence,​ la réponse littéraire à l’égarement de notre temps. Si nombre de romans contemporains s’élaborent sur une nostalgie du romanesque, ils semblent s’être engagés, dans leur modestie même, à renouer les fils distendus de la communauté. (Résumé) +
- +
- [[http://​www.erudit.org/​revue/​etudfr/​2009/​v45/​n3/​index.html|Viart,​ 2009, html]]+
 ### ###
  

Outils de la page

complaint