Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


LDAP: couldn't connect to LDAP server

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
oeuvres:l_usage_de_la_photo [2015/05/18 13:13]
Audrey Thériault
oeuvres:l_usage_de_la_photo [2015/05/18 13:17] (Version actuelle)
Audrey Thériault
Ligne 19: Ligne 19:
 ###« À la suite d'une expérience personnelle tragique — un cancer du sein qui a failli lui coûter la vie, Annie Ernaux publie en mars 2005 un livre surprenant, //​L'​Usage de la photo//. Jouant sur l'​expérimentation littéraire,​ Ernaux emprunte le pacte référentiel à l'​autobiographie,​ le processus d'​analyse en cours à l'​autoportrait,​ ainsi que les caractéristiques propres à la photographie et à la photobiographie pour se lancer dans un questionnement sur le cancer et sur la mort, qu'​elle conduit tantôt sur le mode de l'​enquête policière, tantôt sur le mode de l'​interrogation métaphysique. Choses fortuites, les photographies successives de vêtements abandonnés après l'acte amoureux forment un kaléidoscope de formes et de couleurs qui doivent susciter l'​analyse et finalement mener à une révélation épiphanique. Les vêtements vides, à la fois anthropomorphiques et inanimés, l'​inquiétante étrangeté d'un tableau de Chirico ornant les murs dépouillés d'un appartement modeste, et une réflexion sur l'​épithète argentique qualifiant un type de photographie tombant en désuétude servent tous à suggérer l'​étrange relation de l'​absence à la présence, évoquant finalement le mystère de la mort. Empruntant la dialectique manichéenne,​ Ernaux utilise l'​image du Saint Suaire pour renforcer le lien entre le corps et l'​écriture,​ désignant //​L'​Usage de la photo// comme le cénotaphe devant contenir //in absentia// l'​analogon corps-corpus de son œuvre. Le texte mène ultimement à la révélation épiphanique d'une re-co-naissance — reconnaissance pour la valeur de la vie, connaissance des mystères de l'​absence,​ co-naissance tout à la fois du texte à deux voix et de Marie à l'​écriture. L'​article s'​inspire des thèses de Philippe Lejeune, Michel Beaujour, Gilles Mora et Roland Barthes en ce qui concerne la discussion des genres littéraires et l'​exploitation des caractéristiques inhérentes à la photographie. Les essais de Didi-Huberman informent l'​analyse de la relation du fortuit à l'​écriture expérimentale et ont fourni l'​image du kaléidoscope comme modèle théorique. » (résumé joint à l'​article) ###« À la suite d'une expérience personnelle tragique — un cancer du sein qui a failli lui coûter la vie, Annie Ernaux publie en mars 2005 un livre surprenant, //​L'​Usage de la photo//. Jouant sur l'​expérimentation littéraire,​ Ernaux emprunte le pacte référentiel à l'​autobiographie,​ le processus d'​analyse en cours à l'​autoportrait,​ ainsi que les caractéristiques propres à la photographie et à la photobiographie pour se lancer dans un questionnement sur le cancer et sur la mort, qu'​elle conduit tantôt sur le mode de l'​enquête policière, tantôt sur le mode de l'​interrogation métaphysique. Choses fortuites, les photographies successives de vêtements abandonnés après l'acte amoureux forment un kaléidoscope de formes et de couleurs qui doivent susciter l'​analyse et finalement mener à une révélation épiphanique. Les vêtements vides, à la fois anthropomorphiques et inanimés, l'​inquiétante étrangeté d'un tableau de Chirico ornant les murs dépouillés d'un appartement modeste, et une réflexion sur l'​épithète argentique qualifiant un type de photographie tombant en désuétude servent tous à suggérer l'​étrange relation de l'​absence à la présence, évoquant finalement le mystère de la mort. Empruntant la dialectique manichéenne,​ Ernaux utilise l'​image du Saint Suaire pour renforcer le lien entre le corps et l'​écriture,​ désignant //​L'​Usage de la photo// comme le cénotaphe devant contenir //in absentia// l'​analogon corps-corpus de son œuvre. Le texte mène ultimement à la révélation épiphanique d'une re-co-naissance — reconnaissance pour la valeur de la vie, connaissance des mystères de l'​absence,​ co-naissance tout à la fois du texte à deux voix et de Marie à l'​écriture. L'​article s'​inspire des thèses de Philippe Lejeune, Michel Beaujour, Gilles Mora et Roland Barthes en ce qui concerne la discussion des genres littéraires et l'​exploitation des caractéristiques inhérentes à la photographie. Les essais de Didi-Huberman informent l'​analyse de la relation du fortuit à l'​écriture expérimentale et ont fourni l'​image du kaléidoscope comme modèle théorique. » (résumé joint à l'​article)
  
-  * [[http://​fs.oxfordjournals.org/​content/​62/​4.toc|Cottille-Foley,​ 2008, html]]+  * [[http://​fs.oxfordjournals.org/​content/​62/​4.toc|Cottille-Foley,​ 2008, HTML]]
 ### ###
  

Outils de la page

complaint