Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


LDAP: couldn't connect to LDAP server

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
oeuvres:la_rage [2016/05/24 19:05]
Audrey Thériault Modified from the form at oeuvres:la_rage
oeuvres:la_rage [2016/05/24 19:05] (Version actuelle)
Audrey Thériault
Ligne 161: Ligne 161:
 ### « En prenant appui sur le concept d’espace abstrait tel que développé par Henri Lefebvre, cet article propose de montrer comment, dans //La rage// (1989) de Louis Hamelin, le pouvoir, par le truchement de figures et de configurations spatiales précises, prend place à l’intérieur du récit. Appareil de domination politique, technocratique et capitaliste,​ le complexe aéroportuaire de Mirabel que décrit le narrateur Édouard Malarmé est investi de significations symboliques qui imposent aux personnages une hégémonie physique et mentale. À la fois contesté et convoité, ce pouvoir détermine leur champ d’action, fortement circonscrit à l’intérieur d’une logique spatiale où s’oppose une matrice de verticalité à une autre d’horizontalité. Loin de se limiter à //La rage//, cette configuration de l’espace romanesque est réitérée dans les fictions subséquentes d’Hamelin,​ ce qui témoigne de la place importante qu’elle occupe dans l’imaginaire de l’auteur. » (Résumé joint à l'​article) ### « En prenant appui sur le concept d’espace abstrait tel que développé par Henri Lefebvre, cet article propose de montrer comment, dans //La rage// (1989) de Louis Hamelin, le pouvoir, par le truchement de figures et de configurations spatiales précises, prend place à l’intérieur du récit. Appareil de domination politique, technocratique et capitaliste,​ le complexe aéroportuaire de Mirabel que décrit le narrateur Édouard Malarmé est investi de significations symboliques qui imposent aux personnages une hégémonie physique et mentale. À la fois contesté et convoité, ce pouvoir détermine leur champ d’action, fortement circonscrit à l’intérieur d’une logique spatiale où s’oppose une matrice de verticalité à une autre d’horizontalité. Loin de se limiter à //La rage//, cette configuration de l’espace romanesque est réitérée dans les fictions subséquentes d’Hamelin,​ ce qui témoigne de la place importante qu’elle occupe dans l’imaginaire de l’auteur. » (Résumé joint à l'​article)
  
-[[http://​id.erudit.org/​iderudit/​1033957ar|Desrochers,​ 2015, PDF]] ###+  * [[http://​id.erudit.org/​iderudit/​1033957ar|Desrochers,​ 2015, PDF]] ###
  
 <pagemod add_ref>​@@Référence@@ +++ @@Type@@ <pagemod add_ref>​@@Référence@@ +++ @@Type@@

Outils de la page

complaint