Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


LDAP: couldn't connect to LDAP server

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
oeuvres:les_verbes_majeurs [2016/09/27 21:03]
Audrey Thériault
oeuvres:les_verbes_majeurs [2016/09/27 21:05] (Version actuelle)
Audrey Thériault
Ligne 5: Ligne 5:
 {{ oeuvres:​les_verbes_majeurs.jpg?​100|}} {{ oeuvres:​les_verbes_majeurs.jpg?​100|}}
  
-« D’un trajet en métro au désert du Sud-Ouest américain, en passant par les tours à bureaux du centre-ville et quelques deuils, ce livre en quatre temps est une quête de raisons de vivre. S’il propose des «exercices ​de survie», ce n’est pas par cynisme ou désabusement,​ mais par espoir de dépasser la mort en retrouvant un chemin de vie plus dénudé, plus essentiel. Les «verbes majeurs» ​sont les plus simples mais en réalité les seuls qui comptent : «naître, grandir, aimer / penser, croire, ​mourir». On s’y cherche, on s’y découvre, on s’y brise. Au bout du parcours, au rythme d’un vieux rituel amérindien de guérison, s’ouvre l’espace d’un rassemblement,​ d’une ultime lumière. Mais il n’y a pas d’au-delà : nous habitons des tunnels, des maisons, des jardins, des villes aimées, et quelques paysages. On revient toujours chez soi, parfois avec seulement quelques pierres à déposer sur la table. On recommence, on se remet en mouvement. » (Présentation de l'​éditeur)+« D’un trajet en métro au désert du Sud-Ouest américain, en passant par les tours à bureaux du centre-ville et quelques deuils, ce livre en quatre temps est une quête de raisons de vivre. S’il propose des "​exercices ​de survie"​, ce n’est pas par cynisme ou désabusement,​ mais par espoir de dépasser la mort en retrouvant un chemin de vie plus dénudé, plus essentiel. Les "​verbes majeurs" ​sont les plus simples mais en réalité les seuls qui comptent : "​naître, grandir, aimer / penser, croire, ​mourir"​. On s’y cherche, on s’y découvre, on s’y brise. Au bout du parcours, au rythme d’un vieux rituel amérindien de guérison, s’ouvre l’espace d’un rassemblement,​ d’une ultime lumière. Mais il n’y a pas d’au-delà : nous habitons des tunnels, des maisons, des jardins, des villes aimées, et quelques paysages. On revient toujours chez soi, parfois avec seulement quelques pierres à déposer sur la table. On recommence, on se remet en mouvement. » (Présentation de l'​éditeur)
  
 ===== Documentation critique ===== ===== Documentation critique =====
Ligne 45: Ligne 45:
 ~~NOTOC~~ ~~NOTOC~~
 ~~NOCACHE~~ ~~NOCACHE~~
- 

Outils de la page

complaint