Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


LDAP: couldn't connect to LDAP server

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
oeuvres:jorge_semprun_-_ensemble_de_l_oeuvre [2016/10/25 22:08]
Audrey Thériault
oeuvres:jorge_semprun_-_ensemble_de_l_oeuvre [2016/10/25 22:17] (Version actuelle)
Audrey Thériault
Ligne 541: Ligne 541:
 La présente thèse porte sur le témoignage concentrationnaire. Le corpus est formé de témoignages littéraires français écrits par des déporté(e)s politiques arrêté(e)s pour faits de résistance. Je cherche à montrer, dans une perspective pragmatique et psychanalytique,​ tout à la fois la nature de ce que le témoignage concentrationnaire cherche à transmettre,​ les modalités de mise en scène de cette expérience et la manière dont elle en vient ensuite à affecter la lectrice. Le témoignage concentrationnaire n’est pas considéré ici comme un document à valeur historique décrivant un certain nombre de faits liés aux camps de concentration nazis. Ce que le témoignage cherche à faire, tout différemment,​ c’est transmettre une certaine expérience des camps. Cette expérience est celle de la mort : une mort que le témoin a vue, vécue, traversée, et qui le hante. Cette mort est à penser sur le mode du trauma, un trauma qui habite le témoin et dont il ne peut maîtriser les effets. De plus, le témoin se définit comme un spectre, un revenant, pris entre la vie et la mort, et incapable d’assumer sa survie. Le témoin apparaît ainsi comme un sujet hanté, spectral et son témoignage est lui-même un texte hanté par la mort et par les morts, travaillé par un réel mortifère qui spectralise l’écriture. La lecture d’un témoignage sera donc une lecture //​hantée//,​ à travers laquelle le trauma du témoin se transmet à la lectrice qui se retrouve, du coup, habitée par la hantise du témoin. La présente thèse porte sur le témoignage concentrationnaire. Le corpus est formé de témoignages littéraires français écrits par des déporté(e)s politiques arrêté(e)s pour faits de résistance. Je cherche à montrer, dans une perspective pragmatique et psychanalytique,​ tout à la fois la nature de ce que le témoignage concentrationnaire cherche à transmettre,​ les modalités de mise en scène de cette expérience et la manière dont elle en vient ensuite à affecter la lectrice. Le témoignage concentrationnaire n’est pas considéré ici comme un document à valeur historique décrivant un certain nombre de faits liés aux camps de concentration nazis. Ce que le témoignage cherche à faire, tout différemment,​ c’est transmettre une certaine expérience des camps. Cette expérience est celle de la mort : une mort que le témoin a vue, vécue, traversée, et qui le hante. Cette mort est à penser sur le mode du trauma, un trauma qui habite le témoin et dont il ne peut maîtriser les effets. De plus, le témoin se définit comme un spectre, un revenant, pris entre la vie et la mort, et incapable d’assumer sa survie. Le témoin apparaît ainsi comme un sujet hanté, spectral et son témoignage est lui-même un texte hanté par la mort et par les morts, travaillé par un réel mortifère qui spectralise l’écriture. La lecture d’un témoignage sera donc une lecture //​hantée//,​ à travers laquelle le trauma du témoin se transmet à la lectrice qui se retrouve, du coup, habitée par la hantise du témoin.
  
-La transmission de cette hantise implique de considérer le témoignage concentrationnaire comme un texte qui agit sur la lectrice. Cette action découle d’une part d’un but visé par le témoin ​transmettre son expérience des camps et d’autre part d’un effet du témoignage lui-même ​la transmission de la hantise proprement dite, par delà les stratégies d’écriture conscientes. C’est donc la performativité du texte lui-même que cette thèse cherche à décrire, ses moyens d’actions sur la lectrice et le résultat de cette action. Car l’effet du témoignage sur la lectrice consiste précisément en la transmission de la hantise du témoin.+La transmission de cette hantise implique de considérer le témoignage concentrationnaire comme un texte qui agit sur la lectrice. Cette action découle d’une part d’un but visé par le témoin ​– transmettre son expérience des camps – et d’autre part d’un effet du témoignage lui-même ​– la transmission de la hantise proprement dite, par delà les stratégies d’écriture conscientes. C’est donc la performativité du texte lui-même que cette thèse cherche à décrire, ses moyens d’actions sur la lectrice et le résultat de cette action. Car l’effet du témoignage sur la lectrice consiste précisément en la transmission de la hantise du témoin.
  
 Dans la première partie, « Lectures hantées », je me suis employée à montrer le rôle et l’importance du récepteur d’un témoignage dans le processus testimonial. Un témoignage est une parole qui s’adresse à //​quelqu’un//,​ interlocuteur réel ou virtuel. Comme le montrent les études psychanalytiques sur le trauma, le témoin d’une expérience traumatique a besoin d’un autre à qui raconter son histoire afin de se réapproprier celle-ci et de mettre en récit ce qui était de l’ordre du « choc » traumatique. Par la suite, j’examine les effets de la transmission de la hantise sur la lectrice, par le biais d’analyses de textes portant sur //L ’espèce humaine// de Robert Antelme dans lesquels les auteur(e)s témoignent de leur lecture du livre d’Antelme et se constituent ainsi en tant que témoins secondaires. Dans la première partie, « Lectures hantées », je me suis employée à montrer le rôle et l’importance du récepteur d’un témoignage dans le processus testimonial. Un témoignage est une parole qui s’adresse à //​quelqu’un//,​ interlocuteur réel ou virtuel. Comme le montrent les études psychanalytiques sur le trauma, le témoin d’une expérience traumatique a besoin d’un autre à qui raconter son histoire afin de se réapproprier celle-ci et de mettre en récit ce qui était de l’ordre du « choc » traumatique. Par la suite, j’examine les effets de la transmission de la hantise sur la lectrice, par le biais d’analyses de textes portant sur //L ’espèce humaine// de Robert Antelme dans lesquels les auteur(e)s témoignent de leur lecture du livre d’Antelme et se constituent ainsi en tant que témoins secondaires.

Outils de la page

complaint