Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Ceci est une ancienne révision du document !


La dernière balle perdue

Jacques Roubaud

Paris, 1997, 132 p.

Documentation critique

PRADEAU, Christophe, «Le réseau : traboules, groupes clandestins et bifurcations dans l’oeuvre de Roubaud», dans Bernard MAGNÉ et Christelle REGGIANI (dir.), Écrire l’Énigme. Actes du colloque « L’énigme dans les lettres », Paris IV - Sorbonne (28-30 septembre 2006), Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne (PUPS, Bibliothèque des Styles), 2006, p.165-175. +++ Chapitre de collectif

###Christophe Pradeau, spécialiste des grands cycles romanesques du XIXe siècle, en esquisse un parallèle avec ce grand massif de prose ferroviaire (le chemin de fer est au coeur du réseau familial) qu’est Le Grand Incendie puis revient sur les acceptions du terme chez Roubaud (“cheminement et clandestinité”) , notamment dans La dernière balle perdue. «Le chemin des “traboules” lyonnais, “labyrinthiques tunnels  et couloirs dans le ventre des maisons” est ainsi l’occasion de circuler dans le ventre des maisons qui faisaient de tous les enfants lyonnais des écureuils. » (La Boucle, p. 187)]]###



La dernière balle perdue (oeuvre)
TitreLa dernière balle perdue
AuteurJacques Roubaud
Parution1997
Tridernière balle perdue
Afficheroui

complaint