Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
oeuvres:le_vaillant_petit_tailleur [2015/09/28 18:26]
Virginie Savard
oeuvres:le_vaillant_petit_tailleur [2015/09/28 18:29]
Virginie Savard
Ligne 34: Ligne 34:
 TOBIASSEN, Elin Beate, « Promenades de lecteurs dans //Le vaillant petit tailleur// d'Éric Chevillard »,  //French Studies//, vol. 62, n° 3 (July 2008), p. 313-327. +++ Article de revue TOBIASSEN, Elin Beate, « Promenades de lecteurs dans //Le vaillant petit tailleur// d'Éric Chevillard »,  //French Studies//, vol. 62, n° 3 (July 2008), p. 313-327. +++ Article de revue
  
-###« Le roman //Le Vaillant Petit Tailleur// d'Éric Chevillard (2003), écrivain dont la production figure peut-être parmi les œuvres en prose les plus notoires de la littérature française actuelle, a été perçu par la critique comme une attaque sévère contre la forme traditionnelle du conte de fées. Explorant une nouvelle piste, cet article aborde le roman sous l'angle de la réception littéraire, argumentant que la préoccupation cruciale de son narrateur-auteur est au contraire celle qui consiste à inventer un lecteur de son propre texte. Qui est ce lecteur en jeu dans l'œuvre? Quel(s) lecteur(s) ce texte se présume-t-il? Quelles figures de lecteurs imagine-t-il au fil des pages? Et quelle place cette œuvre métatextuelle, intelligemment agencée, demandant recul, ruse, et perspicacité de la part de son lecteur, laisse-t-elle à la jouissance, à l'envoûtement? L'analyse du //Vaillant Petit Tailleur// sous cette lumière inédite permet de reconsidérer l'attitude distanciée souvent attribuée au lecteur de la métafiction moderne. S'il est un écrivain tenant d'une conception ‘intellectuelle’ du roman, refusant l'immersion mimétique à l'égard du personnage au profit d'un développement excessif du potentiel réflexif du texte, Chevillard est pourtant fort loin de vouer son lecteur à l'abstinence du plaisir. » +###**Résumé**\\ 
-(Résumé joint à l'article)\\+« Le roman //Le Vaillant Petit Tailleur// d'Éric Chevillard (2003), écrivain dont la production figure peut-être parmi les œuvres en prose les plus notoires de la littérature française actuelle, a été perçu par la critique comme une attaque sévère contre la forme traditionnelle du conte de fées. Explorant une nouvelle piste, cet article aborde le roman sous l'angle de la réception littéraire, argumentant que la préoccupation cruciale de son narrateur-auteur est au contraire celle qui consiste à inventer un lecteur de son propre texte. Qui est ce lecteur en jeu dans l'œuvre? Quel(s) lecteur(s) ce texte se présume-t-il? Quelles figures de lecteurs imagine-t-il au fil des pages? Et quelle place cette œuvre métatextuelle, intelligemment agencée, demandant recul, ruse, et perspicacité de la part de son lecteur, laisse-t-elle à la jouissance, à l'envoûtement? L'analyse du //Vaillant Petit Tailleur// sous cette lumière inédite permet de reconsidérer l'attitude distanciée souvent attribuée au lecteur de la métafiction moderne. S'il est un écrivain tenant d'une conception ‘intellectuelle’ du roman, refusant l'immersion mimétique à l'égard du personnage au profit d'un développement excessif du potentiel réflexif du texte, Chevillard est pourtant fort loin de vouer son lecteur à l'abstinence du plaisir. »\\
 \\ \\
 Cet article a été repris en volume: TOBIASSEN, Elin Beate, « Inventer un lecteur. Promenades dans les bois d'une fiction », dans //La relation écriture-lecture. Cheminements contemporains. Éric Chevillard, Pierre Michon, Christian Gailly, Hélène Lenoir//, Paris, L'Harmattan (Critiques littéraires), 2009, p. 55-75.\\ Cet article a été repris en volume: TOBIASSEN, Elin Beate, « Inventer un lecteur. Promenades dans les bois d'une fiction », dans //La relation écriture-lecture. Cheminements contemporains. Éric Chevillard, Pierre Michon, Christian Gailly, Hélène Lenoir//, Paris, L'Harmattan (Critiques littéraires), 2009, p. 55-75.\\
Ligne 84: Ligne 84:
 ### ###
  
-CAMUS, Audrey, « Les lieux communs d'Éric Chevillard : une rhétorique anti-mimétique », dans Sandrina JOSEPH (dir.), //Révéler l'habituel. La banalité dans le récit littéraire contemporain//, Montréal, département des littératures de langue française de l'Université de Montréal (Paragraphes, no 28), 2009, p. 67-86. +++ Chapitre de collectif+CAMUS, Audrey, « Les lieux communs d'Éric Chevillard : une rhétorique anti-mimétique », dans Sandrina JOSEPH (dir.), //Révéler l'habituel. La banalité dans le récit littéraire contemporain//, Montréal, département des littératures de langue française de l'Université de Montréal (Paragraphes, n° 28), 2009, p. 67-86. +++ Chapitre de collectif
  
 ###« Qu'il se débatte avec les platitudes du quotidien, qu'il s'approprie les contes rebattus de notre enfance ou se délecte des clichés du récit de voyage, la production récente de [Chevillard] est habitée par le poncif. Mais que l'on ne s'y trompe pas, l'objet de ces variations savoureuses sur la banalité n'est pas davantage d'en faire l'éloge que d'apprendre à s'en étonner. [...] Ainsi ne suffit-il que d'un peu de bonne volonté pour que le banal devienne prodigieux, pour que le lieu commun, subitement, abrite la merveille ; d'un peu de bonne volonté assortie, il est vrai, d'une dose de mauvaise foi, laquelle consiste à pousser la logique dans ses retranchements pour user du langage en toute incongruité. \\ ###« Qu'il se débatte avec les platitudes du quotidien, qu'il s'approprie les contes rebattus de notre enfance ou se délecte des clichés du récit de voyage, la production récente de [Chevillard] est habitée par le poncif. Mais que l'on ne s'y trompe pas, l'objet de ces variations savoureuses sur la banalité n'est pas davantage d'en faire l'éloge que d'apprendre à s'en étonner. [...] Ainsi ne suffit-il que d'un peu de bonne volonté pour que le banal devienne prodigieux, pour que le lieu commun, subitement, abrite la merveille ; d'un peu de bonne volonté assortie, il est vrai, d'une dose de mauvaise foi, laquelle consiste à pousser la logique dans ses retranchements pour user du langage en toute incongruité. \\
Ligne 108: Ligne 108:
          
  
-RABADI, Isabelle B., « La réécriture décidément : //Le vaillant petit tailleur// d'Éric Chevillard », dans //Synergies France//, dossier « Vitalité du conte à l’aube du XXIe  siècle : du pastiche à la parodie », n° 7, p. 41-48. +++ Article de revue+RABADI, Isabelle B., « La réécriture décidément : //Le vaillant petit tailleur// d'Éric Chevillard », //Synergies France//, dossier « Vitalité du conte à l’aube du XXIe  siècle : du pastiche à la parodie », n° 7, p. 41-48. +++ Article de revue
  
 ### **Résumé**\\ ### **Résumé**\\

Outils de la page

complaint