Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


LDAP: couldn't connect to LDAP server

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
oeuvres:mercure [2015/02/17 17:49]
Virginie Savard
oeuvres:mercure [2015/10/01 17:06] (Version actuelle)
Virginie Savard
Ligne 14: Ligne 14:
 ===== Documentation critique ===== ===== Documentation critique =====
  
-CAMPAGNOLI, Ruggero, « //Mercure// d'​Amélie Nothomb au sommet de la tour livresque », dans Hans-Joachim LOPE, Anne NEUSCHÄFER et Marc QUAGHEBEUR (dir.), //Les lettres belges au présent. Actes du Congrès des Romanistes allemands (Université d'​Osnabrück,​ du 27 au 30 septembre 1999)//, Frankfurt am Main, Peter Lang (Studien und Dokumente zur Geschichte der Romanischen Literaturen, ​no 44), 2001, p. 309-318. +++ Chapitre de collectif+CAMPAGNOLI, Ruggero, « //Mercure// d'​Amélie Nothomb au sommet de la tour livresque », dans Hans-Joachim LOPE, Anne NEUSCHÄFER et Marc QUAGHEBEUR (dir.), //Les lettres belges au présent. Actes du Congrès des Romanistes allemands (Université d'​Osnabrück,​ du 27 au 30 septembre 1999)//, Frankfurt am Main, Peter Lang (Studien und Dokumente zur Geschichte der Romanischen Literaturen, ​n° 44), 2001, p. 309-318. +++ Chapitre de collectif
  
  
Ligne 36: Ligne 36:
  
  
-OBERHUBER, Andrea, « Réécrire à l'ère du soupçon insidieux : Amélie Nothomb et le récit postmoderne », //Études françaises//,​ vol. 40, no 1 (2004), p. 111-128. +++ Article de revue+OBERHUBER, Andrea, « Réécrire à l'ère du soupçon insidieux : Amélie Nothomb et le récit postmoderne », //Études françaises//,​ vol. 40, n° 1 (2004), p. 111-128. +++ Article de revue
  
 ### ###
  
-**Résumé ​:** +**Résumé**\\
 L’article se veut une défense et illustration du phénomène de la réécriture au féminin comme stratégie discursive telle qu’elle se manifeste dans les pratiques palimpsestes à l’ère « postmoderne ». Il propose une réflexion sur le comment et le pourquoi des relectures qu’effectuent bon nombre d’auteures du XXe siècle dans le dessein de réécrire un texte antérieur, d’écrire autrement cet hypotexte, de le « traduire » en un nouvel hypertexte. Car le choix d’un modèle générateur-« géniteur » influe sur la stratégie et l’objectif de sa réécriture. L’oeuvre romanesque d’Amélie Nothomb — plus particulièrement les romans //Mercure// et //​Métaphysique des tubes//— sert d’exemple pour étudier la réécriture à la fois au féminin et selon le paradigme du récit postmoderne. L’analyse révèle que le recours aux mythes fondateurs, aux « grands » mais aussi aux « petits » récits est au coeur du réécrire au féminin ; les auteures réécrivent,​ le plus souvent sur un ton ironique, en repensant la matière littéraire canonique. L’article se veut une défense et illustration du phénomène de la réécriture au féminin comme stratégie discursive telle qu’elle se manifeste dans les pratiques palimpsestes à l’ère « postmoderne ». Il propose une réflexion sur le comment et le pourquoi des relectures qu’effectuent bon nombre d’auteures du XXe siècle dans le dessein de réécrire un texte antérieur, d’écrire autrement cet hypotexte, de le « traduire » en un nouvel hypertexte. Car le choix d’un modèle générateur-« géniteur » influe sur la stratégie et l’objectif de sa réécriture. L’oeuvre romanesque d’Amélie Nothomb — plus particulièrement les romans //Mercure// et //​Métaphysique des tubes//— sert d’exemple pour étudier la réécriture à la fois au féminin et selon le paradigme du récit postmoderne. L’analyse révèle que le recours aux mythes fondateurs, aux « grands » mais aussi aux « petits » récits est au coeur du réécrire au féminin ; les auteures réécrivent,​ le plus souvent sur un ton ironique, en repensant la matière littéraire canonique.
  
  
-**Abstract ​:** +**Abstract**\\ 
- +This article is a defence and an illustration of the phenomenon of rewriting “in the feminine” as a discursive strategy that manifests itself in the palimpsestual practices of “postmodern” times. It is a reflection on the why and the how of the re-readings in which a large number of 20th century women writers have engaged in order to then re-write an earlier text, or to write this hypo-text differently,​ or to translate it into a new hyper-text. After all, the choice of “pro-generating” a text always influences the strategy and purpose of writing. The fiction of Amelie Nothomb, more specifically the novels //Mercure// and //​Métaphysique de tubes//, serve as examples of both rewriting in the feminine and of paradigmatic postmodern writing. My analysis shows that the recourse to foundational myths, to the “great” as well as the “lesser” stories of history, is at the heart of the project of rewriting in the feminine, with the authors most often adopting an ironic tone in the work that rethinks the literary canon. ​\\ 
-This article is a defence and an illustration of the phenomenon of rewriting “in the feminine” as a discursive strategy that manifests itself in the palimpsestual practices of “postmodern” times. It is a reflection on the why and the how of the re-readings in which a large number of 20th century women writers have engaged in order to then re-write an earlier text, or to write this hypo-text differently,​ or to translate it into a new hyper-text. After all, the choice of “pro-generating” a text always influences the strategy and purpose of writing. The fiction of Amelie Nothomb, more specifically the novels //Mercure// and //​Métaphysique de tubes//, serve as examples of both rewriting in the feminine and of paradigmatic postmodern writing. My analysis shows that the recourse to foundational myths, to the “great” as well as the “lesser” stories of history, is at the heart of the project of rewriting in the feminine, with the authors most often adopting an ironic tone in the work that rethinks the literary canon.  +\\ 
-  ​* ​[[http://​www.erudit.org/​revue/​etudfr/​2004/​v40/​n1/​index.html|Oberhuber,​ 2004, html]]+[[http://​www.erudit.org/​revue/​etudfr/​2004/​v40/​n1/​index.html|Oberhuber,​ 2004, HTML]]
 ### ###
  
Ligne 55: Ligne 54:
 DEWEZ, Nausicaa, « //Mercure// d'​Amélie Nothomb au miroir des livres », //Versants : Revue Suisse des Littératures Romanes//, vol. 53-54 (2007), p. 291-308. +++ Article de revue DEWEZ, Nausicaa, « //Mercure// d'​Amélie Nothomb au miroir des livres », //Versants : Revue Suisse des Littératures Romanes//, vol. 53-54 (2007), p. 291-308. +++ Article de revue
  
-BAINBRIGGE, Susan, « "​Monter l'​escalier anachronique"​ : Intertextuality in //Mercure //», dans Susan BAINBRIGGE et Jeanette DEN TOONDER (dir.), //Amélie Nothomb : Authorship, Identity, and Narrative Practice//, New York, Peter Lang (Belgian Francophone Library, ​no 16), 2003, p. 114-126. +++ Chapitre de collectif+BAINBRIGGE, Susan, « "​Monter l'​escalier anachronique"​ : Intertextuality in //Mercure //», dans Susan BAINBRIGGE et Jeanette DEN TOONDER (dir.), //Amélie Nothomb : Authorship, Identity, and Narrative Practice//, New York, Peter Lang (Belgian Francophone Library, ​n°16), 2003, p. 114-126. +++ Chapitre de collectif
  
  
  
-SIGNORI, Lisa F, « Mirrors in the Text: Amélie Nothomb'​s //Mercure// », dans //Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature//,​ vol. 37, n° 1(Hiver 2013), p. 74-91. ​ +++ Article de revue+SIGNORI, Lisa F, « Mirrors in the Text: Amélie Nothomb'​s //Mercure// », //Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature//,​ vol. 37, n° 1 (hiver 2013), p. 74-91. ​ +++ Article de revue
  
 ### **Abstract** ### **Abstract**

Outils de la page

complaint